www.art-en-jeu.ch

art-en-jeu.ch, webzine d'information artistique et culturelle francophone de Patrick Schaefer vous offre des critiques d'expositions (plus de 200 pages); un agenda d'expositions sélectif (200 liens); treize années de chronique (blog) artistique au jour le jour depuis 2001. Les boutons ci-dessous vous permettent de naviguer dans le site.
accueil agenda architecture chronique listeartistesmentionnes listearticles liens photos contact

 
pour me contacter: infoat art-en-jeu.ch

liste par artistes

Cette page contient des articles sur Tacita Dean, Francis Alÿs.

Le Museum moderner Kunst Stiftung Ludwig MUMOK consacre une exposition à Tacita Dean. The Line of Fate jusqu'au 29 mai 2011.

Elle occupera le hall de la Tate Modern du 11 octobre 2011 au 9 avril 2012.

 Vienne Mumok: Tacita Dean The Line of Fate jusqu’au 29 mai 2011

 Dans cette vaste exposition, les premiers travaux à la craie sur fond noir sont évoqués par une série de 1992 et une autre de 1998. Toutes les autres pièces ont été réalisées entre 2008 et 2011. Tacita Dean pratique le cinéma documentaire, le dessin et la gravure. L’ensemble est impressionnant par l’ampleur du travail et la sensibilité, l’écoute du monde qu’il propose. J'ai retenu deux films superbes sur l'atelier de Morandi à Bologne. Un long documentaire (108') sur le travail de Merce  Cunningham dans un superbe studio à San Francisco. Un autre film de 29' suit une journée dans l'atelier de Cy Twombly (1928 - 2011). Trois autres productions cinématographiques sont encore présentées, avec des photographies, des gravures dont une série sur pierre. L'ensemble révèle une sensibilité et une empathie remarquables.

Patrik Schaefer 19 avril 2011

Schaulager Bâle

Tacita Dean. Analogue: Films, photographies, dessins 1991 - 2006 jusqu'au 24 septembre 2006

Née en 1965 à Canterbury, Tacita Dean vit à Berlin. Depuis de nombreuses années on rencontre ses installations cinématographiques et ses grands dessins dans des expositions. Ici au sous-sol du Schaulager 17 films, des photographies et des dessins sur ardoise sont proposés. Les oeuvres de Tacita Dean ont la particularité de s'inscrire dans notre mémoire. Il y a déjà le bruit anachronique des bobines de 16 millimètres, puis les images qui frappent impressionnent, fascinent. Disappearance at Sea, 1996,ce film qui suit le mouvement d'un phare; Gellert 1998 récemment revu à la Maison rouge à Paris consacré aux célèbres bains de Budapest . Sélectionnée pour le Turner Prize en 1998, elle a déjà été exposée au Musée d'art contemporain de Bâle en 2000. Une grande partie des pièces proposées ici sont postérieures. On voit comment elle travaille souvent invitée dans un lieu, elle réalise un film à cette occasion. Il faut relever que le visiteur devrait prévoir plusieurs heures de visite s'il veut regarder tous les films présentés et ils méritent qu'on leur consacre du temps. L'exposition est un hymne au noir et blanc, à l'exception de quelques photos couleur tout est en noir et blanc. Les grands tirages photographiques d'arbres retouchés à la gouache blanche, les suites de photogravures qui évoquent des phénomènes météorologiques.

Tacita Dean apparaît comme une voyageuse à la recherche de l'extraordinaire et disons-le du surnaturel, la puissance des éléments, la mer, la lumière, le soleil, l'éclipse. Partie à Madagascar filmer une éclipse de soleil elle ramène aussi un magnifique documentaire sur des baobabs (2002) dressés comme des tours mystérieuses dans les pâturages. Il y a une ambition wagnérienne dans ce travail avec manifestement une forte quête d'absolu. D'ailleurs la grandes suite de photogravures exposées à l'entrée de l'exposition s'intitule T & I pour Tristan et Iseult.

----

Le Schaulager dans un lieu différent, le Haus zum Kirschgarten, une annexe du musée historique de la ville de Bâle, consacrée à l'habitat bourgeois du 18e et du 19e siècle, invite Francis Alÿs à présenter sa collection de 370 portraits de Fabiola jusqu'au 28 août 2011. Ces copies, trouvées dans des marchés aux puces, sont réparties dans tout le musée, qui nous invite à une véritable chasse aux oeufs pour les découvrir! Une manière originale de faire visiter un musée peu connu, installé dans une belle demeure, et qui gagne à l'être.

Francis Alÿs Les peintures d'enseignes 1993 -1997: une révision jusqu'au 24 septembre 2006

Au rez-de-chaussée au contraire tout est couleur avec les peintures de Francis Alÿs et de ses peintres d'enseignes, couleurs industrielles, peintures à l'émail, laque pour voiture appliquées sur de la tôle. De Francis Alÿs (1959) on connait, les peintures, les photographies, les vidéos. Ses peintures de petits formats réalisées à la cire, des dessins sur des feuilles rapportées ont fait l'objet d'une exposition au Kunsthaus à Zurich en 2003. Formé comme architecte, installé au Mexique depuis longtemps, il est aussi parti à la découverte de ce pays en développant des recherches, des collaborations. L'exposition présentée se concentre sur un seul projet qu'il a poursuivi avec des peintres d'enseignes mexicains, 60 peintures et de nombreuses esquisses sont présentées. Il a réalisé des projets, des cartons et demandé à des peintres d'enseignes mexicains de les exécuter.

L'univers de Francis Alÿs est marqué par le surréalisme en particulier ses personnages étranges, mystérieux qui se livrent à des mouvements bizarres évoquent immédiatement Magritte.

La démarche de Francis Alÿs centrée sur l'errance, la déambulation va au-delà du documentaire. Manifestement passionné par Mexico, il joue avec cette ville, et développe des histoires à partir des gens qu'il y rencontre.

Le Diacenter a commandé à l'artiste un projet que l'on peut consulter en ligne Thief. From Alberti to the Thief 1435 - 1999 dans lequel il présente ses réflexions sur l'espace et la perspective.

Par ailleurs l'une des activités artistiques de Francis Alÿs est tournée vers la marche, l'appréhension de l'espace à travers le déplacement de son propre corps. On trouve le récit d'une action menée à Londres à cette adresse. London 7 walks 2004-05.

Enfin l'exposition Time Zones incluait son travail sur le mât du Zoccalo à Mexico, travail qui a largement contribué à la célébrité de l'artiste, qu'il s'agisse du film ou des photographies qui ont été présentées dans d'innombrables expositions.

Schaulager der Emmanuel Hoffmann-Stiftung (Münchenstein)

Francis Alÿs fait l'objet d'une présentation de son travail à la Tate Modern du 15 juin jusqu'au 5 septembre 2010.

Patrick Schaefer, L'art en jeu 18 mai 2006

art-en-jeu.ch, webzine d'information artistique et culturelle francophone de Patrick Schaefer vous offre des critiques d'expositions (plus de 200 pages); un agenda d'expositions sélectif (200 liens); treize années de chronique (blog) artistique au jour le jour depuis 2001. Les boutons ci-dessous vous permettent de naviguer dans le site.
accueil agenda architecture chronique listeartistesmentionnes listearticles liens photos contact

>