img_1175

A voir au plus vite

Paris, Beaubourg, exposition Magritte

Ici trouvez coups de coeur et notules!

Karlsruhe et Munich présentent simultanément de gigantesques expositions consacrées à l’art de l’après-guerre. Il est évidemment intéressant de les comparer, car leur champ géographique et leur point de vue méthodologique sont différents. En résumé, le catalogue de Munich fait près de 900 pages et celui de Karlsruhe « seulement » la moitié!

Karlsruhe 28 novembre 2016

Kunsthalle Karlsruhe: Double Vision: Albrecht Dürer / William Kentridge jusqu’au 8 janvier 2017.

William Kentridge (1955) est un artiste que l’on rencontre depuis longtemps dans les grandes expositions internationales Documenta (2007, 2012), Biennale de Venise (2003), Avignon 2011, mais il est rare de découvrir une exposition consacrée à cet artiste. En Suisse, seul le Haus Konstruktiv a présenté en 2015 les travaux du créateur sud-africain autour de la mise en scène du Nez de Shostakovitch qu’il a conçue pour le Metropolitan Opera à New York. Le cabinet des estampes de Berlin et la Kunsthalle de Karlsruhe se sont associés pour réaliser une exposition exceptionnelle qui met en relation l’oeuvre gravé considérable de Kentridge avec une large sélection d’estampes de Dürer. L’idée est de montrer comment les deux artistes se rejoignent dans leur passion commune du noir et blanc….

Zentrum für Kunst und Medien Technologie ZKM: L’art en Europe 1945 – 1968 (ce continent que l’Union européenne ne connait pas) jusqu’au 29 janvier 2017. Cette exposition brosse un tableau strictement européen de l’évolution artistique dans les années d’après-guerre….

(La même institution propose encore l’exposition Beat Generation jusqu’au 30 avril, présentée à Beaubourg auparavant).

Munich 28 novembre 2016

Haus der Kunst: Postwar Intensity: Kunst zwischen Pazifik und Atlantik 1945 – 1965 jusqu’au 26 mars 2017. 217 artistes de 65 pays donnent une vision de l’expression artistique dans le monde au cours d’une période à la fois traumatisée par l’impact de la seconde guerre mondiale et angoissée par la perspective d’un nouveau conflit atomique. En choisissant des travaux de grands formats d’artistes connus et inconnus l’exposition propose une série de rencontres et de confrontations intéressantes. A la différence de l’exposition de Karlsruhe, elle ne suit as un exposé basé sur la présentation de mouvements constitués, mais cherche plutôt à donner une impression d’ensemble des enjeux de l’époque concernée….

Stuttgart 28 novembre 2016

Staatsgalerie de Stuttgart

Francis Bacon Unsichtbare Räume 7 octobre – 8 janvier 2017. L’exposition de la Staatsgalerie de Stuttgart présente des œuvres dans lesquelles l’artiste a enfermé ses personnages dans des cages transparentes. En se concentrant sur une probématique essentielle qui est à la fois formelle et iconographique, tout en suivant un fil chronologique, l’exposition de Stuttgart, montrée auparavant à la Tate Liverpool, parvient à une intensité et une qualité exceptionnelles….

Lausanne 15 novembre 2016

L’ArtLab de l’EPFL présente en collaboration avec la Fondation Gandur pour l’art, pour sa première exposition, 19 toiles de Pierre Soulages comme vous ne les avez jamais vues et ne les reverrez sans doute jamais; de face, de dos, en lumière frisante, mouvante; en vidéo et en gros plan, suivant les rythmes du pinceau; décortiquées, décomposées, et même pour commencer en jeu vidéo ! Bref une immersion et une exploration matérielle et visuelle complète des toiles.

Zurich 29 octobre 2016

Kunsthaus: Alberto Giacometti. Au-delà des bronzes, les chefs-d’oeuvre en plâtre et autres matériaux jusqu’au 15 janvier.

Le Kunsthaus a hérité du dernier frère de l’artiste une grande partie des plâtres  (75) qui ont précédé les tirages en bronze des sculptures. On plonge ainsi dans le cheminement créatif d’Alberto. On ne peut s’empêcher d’avoir un petit serrement de coeur en pensant aux difficultés d’Alberto pour arriver à une oeuvre finie, en voyant ainsi mis côte à côte et sur le même plan, les oeuvres en cours de réalisation et le travail achevé. D’autant plus que la sensibilité esthétique du moment tend à faire préférer les plâtres au bronze!, mais évidemment c’est passionnant, d’autant que des travaux en terre, en bois, en plastiline sont également présentés….

Kunsthalle Zurich: Phyllida Barlow demo jusqu’au 19 février 2017. A la Kunsthalle de Zurich, on découvere progressivement l’intervention monumentale, proliférante de Phyllida Barlow (1944). Tout le monde sourit devant cette occupation complète de l’espace qui laisse un cheminement problématique au visiteur. Pour cette exposition Phyllida Barlow est partie des problèmes que connaît le bâtiment en cours de reconstruction suite à des infiltrations d’eau dans la partie nouvelle. A l’étage une estrade permet de suivre à travers des oculus les travaux en cours. Au premier abord on pense à une construction proliférante à la manière du Facteur Cheval, en fait il n’en est rien. L’intervention est très construite, c’est la troisième fois que le matériel de cartons et de bois de construction est utilisé. Elle est fascinée par les travaux anonymes de ceux qui font des échafaudages, des coffres pour les bateaux dans les chantiers navals, par exemple, et c’est à eux qu’elle pense dans ses sculptures qui rejettent toute notion de monument.

Haus konstruktiv

Nairy Baghramian Zurich Art Prize jusqu’au 15 janvier

Genève 24 octobre 2016

Mamco: Wade Guyton (1er étage). A partir de la photographie des tubulures d’une chaise de Marcel Breuer, des photographies sur toile qui font écho aux salles du bâtiment jusqu’au 29 janvier. BIM dès le 10 novembre jusqu’au 29 janvier au centre d’art contemporain et au 4ème étage du Mamco.

Cabinet d’art graphique Gérald Cramer et ses artistes jusqu’au 29 janvier. Miro, Picasso, Chagall et Henry Moore, voici les noms devenus les plus célèbres inscrits au tableau de chasse du galeriste et éditeur Gérald Cramer. Pour marquer le centième anniversaire de la naissance de l’éditeur, le cabinet d’art graphique nous présente un petit groupe d’ensembles très cohérents évoquant cette activité.

Bâle, Riehen 16 octobre 2016

Fondation Beyeler: Kandinsky, Marc et le Blaue Reiter jusqu’au 22 janvier 2017 et Roni Horn jusqu’au 1er janvier. La Fondation Beyeler ne se contente pas de présenter une exposition sur le Blaue Reiter en mettant l’accent sur les deux figures les plus populaires du Groupe, Kandinsky et Marc….. Elle consacre aussi près de la moitié de ses salles à une artiste contemporaine, Roni Horn. par ailleurs les salles dédiées à la collection font une large place à des acquisitions récentes, Louise Bourgeois, Thomas Schütte et Marlene Dumas.

Musée des beaux-arts: Pollock figuratif jusqu’au 22 janvier.

Le titre de cette exposition pourrait faire croire qu’elle ne présente que les débuts du parcours de Jackson Pollock (1912 – 1956). Il n’en est rien et l’on découvre des oeuvres qui vont de 1934 à 1953. Il faut reconnaître que dans cette courte carrière, il n’y a pas vraiment de périodes distinctes. La recherche des éléments figuratifs dans les oeuvres de l’artiste s’étend sur ces vingt ans d’activité. On le voit au travail, luttant contre le chaos, entre l’aube et la nuit, la vie et la mort, on suit les tensions de la création entre influences et aspirations. Très réceptif à de nombreuses influences: Guernica de Picasso, mais aussi les muralistes mexicains, Orozco, Siqueiros, les surréalistes, Matta, Masson, un peu de Ernst et de Miro, également. L’exposition présente beaucoup de travaux sur papier, mais aussi des toiles, elle est tout à fait passionnante.

Pully 13 octobre 2016 Charles Blanc-Gatti, hypothèses d’une généalogie jusqu’au 18 décembre.

Le musée d’art de Pully rend hommage à un créateur romand singulier, Charles Blanc-Gatti (1890 – 1966) qui explora les relations entre arts plastiques et musique. Deux salles lui sont consacrées et l’on découvre trois films courts magnifiques. Par ailleurs le commissaire invité, Julien Fronsacq, a choisi d’explorer les cheminements d’une hypothétique descendance avec une vingtaine d’artistes contemporains, qui réagissent aux questions soulevées par Blanc-Gatti, mais aussi quelques oeuvres de collègues de l’époque de Blanc-Gatti comme Hans Richter.

Lausanne 13 octobre 2016

Musée de l’Elysée Martin Kollar, Provisional Arrangement et Wojciech Zamecznik, la photographie sous toutes ses formes jusqu’au 31 décembre.

Martin Kollar est un artiste slovaque né en 1971, prix Elysée 2014, qui s’attache à fixer des situations « provisoires », souvent dues à un accident! un pont coupé, une pierre tombée sur le toit d’une voiture par exemple, on découvre au sous-sol une trentaine de grands tirages pleins d’humour. L’autre exposition est consacrée à un créateur d’affiches majeur et photographe amateur polonais, Wojciech Zamecznik (1923 – 1967), qui nous ramène aux années 1960, à la fascination pour le mouvement et un aspect de l’op art. A l’occasion de cette exposition, des films polonais sont projetés au cinéma CityClub de Pully, le 3 et le 4 décembre.

Musée cantonal des beaux-arts, August Strindberg. De la mer au cosmos jusqu’au 22 janvier 2017.

Dramaturge, romancier, essayiste, August Strindberg (1849 – 1912) était animé d’une inlassable curiosité qui l’amena à explorer d’autres formes d’expression comme la photographie et la peinture. C’est cet aspect de l’activité du créateur que l’exposition du musée des beaux-arts nous invite à découvrir. Une recherche qui aboutit après bien des interruptions aux paysages réalisés vers 1900, opposant le ciel et la mer,

 Paris; Centre Pompidou 7 octobre 2016René Magritte. La trahison des images jusqu’au 23 janvier 2017

En aménageant quatre grandes salles, l’exposition souligne la continuité de l’œuvre comme invention d’images et de textes selon un processus créatif établi renversant ou faisant glisser des relations sémantiques usuelles, l’œuf et la cage par exemple. Le parti-pris est résolument non chronologique….

 

Laisser un commentaire