Zilla Leutenegger; Est -Ouest, abbatiale de Bellelay

A voir au plus vite

 

Zilla Leutenegger; Est – Ouest, abbatiale de Bellelay

Ici trouvez coups de coeur et notules! pour s’informer et suivre l’actualité artistique.

Bellelay, abbatiale, le 30 juillet 2019

Zilla Leutenegger, Est – Ouest, melons et pianos jusqu’au 8 septembre

A quelques kilomètres de Tavannes et de Reconvilier, à 900 mètres d’altitude, en pleine montagne jurassienne, l’abbatiale désaffectée de Bellelay accueille chaque été une exposition d’art contemporain. L’église du 18e siècle, bien restaurée, pose un défi aux artistes qui s’y confrontent. Zilla Leutenegger (1963) a choisi de se mettre à l’écoute du lieu et de lui rendre sa sacralité. Elle explore le volume sonore de l’espace avec deux pianos et des paravents en miroirs qui renvoient l’espace de l’église. Pour entrer dans l’univers de l’artiste, il faut consulter le catalogue de l’exposition qui propose en préambule une série de dessins et de peintures de Zilla Leutenegger où l’on trouve son monde graphique et narratif (elle se met toujours en scène et rappelle des moments de son enfance). Ses peintures, on les retrouve sous la forme de monotypes collés sur les miroirs avec des natures mortes de pastèques et de fleurs. Les pianos jouent aléatoirement quelques phrases musicales et sont activés par un panneau solaire, ils ne jouent ensemble que lorsque le soleil est au zénith!

Paris 8 juillet 2019

Trois expositions thématiques sont visibles à Paris en ce moment : le modèle noir, au musée d’Orsay, La lune au Grand Palais et Préhistoire, une énigme moderne à Beaubourg. Contrairement à une approche monographique sur un artiste, un groupe ou un mouvement on ne sait pas vraiment ce que l’on verra lorsque l’on se décide à visiter ce genre d’exposition. Tout dépend de l’extension que les commissaires ont choisi de donner au thème et de l’érudition qu’ils accumulent pour produire leur exposition.

Beaubourg, Centre Pompidou, Préhistoire une énigme moderne jusqu’au 16 septembre 2019

Cette exposition brosse une véritable histoire de l’art du XXe siècle et du XXI siècle en France surtout, mais également en Allemagne, aux Etats-Unis et en Angleterre sous l’angle de l’influence de la préhistoire. La sélection des œuvres est excellente et commence de façon étonnante avec trois belles toiles de Cézanne et des dessins et des estampes d’Odilon Redon. Ces deux artistes en effet avaient chacun un ami au courant de l’évolution des études géologiques et étaient conscients d’une nouvelle lecture des masses rocheuses qui s’exprime dans leurs oeuvres. Les pièces de la préhistoire, peu nombreuses, sont intégrées à la présentation d’œuvres qu’elles ont motivées….

Le Palais de Tokyo propose une méga exposition ouverte sur les capitales de trois continents intitulée Prin -cesse-s- des villes jusqu’au 8 septembre. Les Philippines, Manille, le Bangladesh, Dacca, l’Iran, Téhéran, Le Nigéria, Lagos et le Mexique, Mexico ont été retenus avec la présentation des réalisations d’artistes ou de groupes d’artistes. Divers films sont également projetés….

Lausanne 27 juin 2019

Fondation de l’Hermitage Ombres de la Renaissance à nos jours jusqu’au 27 octobre.

L’ombre a été donnée comme origine de la peinture, comme invocation, évocation. Avec ce thème, l’exposition de la Fondation de l’Hermitage propose un passionnant parcours de l’histoire de l’art qui montre les artistes surgissant de l’ombre, ceux qui travaillent le clair-obscur sous l’influence du Caravage, la mode des silhouettes, l’impressionnisme et le post-impressionnisme qui introduit de nouvelles couleurs pour représenter l’ombre, la photographie et de nombreuses interprétations contemporaines chez Warhol, Christian Boltanski ou Markus Raetz notamment….

Bâle 26 juin 2019

William Kentridge A Poem That Is not Our Own jusqu’au 13 octobre

L’exposition du musée d’art contemporain de Bâle est centrée sur les films de William Kentridge (1955)  dont le processus de réalisation est étroitement lié aux autres techniques graphiques qu’il emploie, en particulier le dessin, le découpage et la gravure. On voit que Kentridge est fasciné par les cortèges, les triomphes de la Renaissance, la danse des morts, auxquels il confère une nouvelle vie dans de grandes processions où surgissent aussi bien des figures du passé que des êtres actuels. Un nombre impressionnant de travaux et de films sont présentés.….

A voir également au musée des beaux-arts: Le cosmos du cubisme jusqu’au 4 août, présentée au Centre Pompidou fin 2018, elle repose en grande partie sur les collections du musée de Bâle.

Leiko Ikemura, une retrospective associant dessins, peintures et sculptures en céramiques de cette artiste tournée vers l’exploration intérieure jusqu’au 1er septembre. Un étage est également consacré à la présentation de toiles et de dessins de Helmut Federle jusqu’au 15 septembre.

Le musée Tinguely propose une rétrospective des performances et installations de Rebecca Horn, véritable femme-oiseau jusqu’au 22 septembre.

Bienne 26 juin 2019

Exposition suisse de sculpture: Robert Walser Sculpture #Thomas Hirschhorn 15 juin – 8 septembre 2019

« Faire place nette » est une expression courante que certains emploient volontiers. La démarche développée par Thomas Hirschhorn est à l’opposé. Invité à assumer la traditionnelle exposition de sculptures en plein air de Bienne. La douzième édition eut lieu en 2014 sous le titre The City Performed et la précédente en 2009 s’intitulait Utopics, peut-être que la sculpture Robert Walser (1878 – 1956) rejoint ce thème et devient une utopie réelle. Thomas Hirschhorn renonce à jouer le rôle de commissaire qui aurait invité d’autres artistes et choisit de donner une nouvelle version de la notion de Monument qu’il développe depuis au moins 20 ans. Pour rendre hommage à Robert Walser, l’écrivain biennois, il crée de petites cellules de vie culturelle ou conviviale autour de la notion de Monument….

Genève 18 juin 2019

Le centre d’art contemporain consacre ses salles à la présentation d’un artiste islandais, installé aux Pays-Bas, Hrein Fridfinnsson (né en 1943) jusqu’au 25 août: une belle découverte qui propose photographies, installations d’esprit minimaliste.

Le musée Rath propose une exposition consacrée à la peinture et à la sculpture sous le titre Silences jusqu’au 27 octobre, elle aborde en 10 sections, en s’appuyant surtout sur les collections du musée d’art et d’histoire de Genève et du musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds, différents points de vue sur la nature morte, le paysage ou l’allégorie du XVIe siècle à nos jours.

Venise mai 2019

Biennale 11 mai – 24 novembre 2019. May you live in interesting Times
Ralph Rugoff qui dirige la biennale de Venise cette année est le directeur de la Hayward Gallery à Londres depuis de nombreuses années (2002). Un lieu qui présente des expositions d’art contemporain très pertinentes, mais avec un côté fun, susceptible d’attirer le grand public. C’est bien la formule que l’on trouve dans cette biennale qui propose à la fois un discours engagé et des pratiques artistiques très diverses résolument figuratives. On trouve une toile de Georges Condo à l’entrée de l’Arsenal, ce qui dit bien sous quelle étoile on est. Une large place est faite aux techniques traditionnelles, peintures, sculptures, photographies, mais bien sûr  toutes les pratiques visuelles actuelles sont aussi très présentes. Pour résumer: une biennale figurative, engagée qui ressemble aussi parfois à un catalogue de voyage dans des pays à risque !….
Cette année la Biennale évite de célébrer une grande star et présente des démarches moins connues et plus actuelles.
Par contre on trouve dans les autres lieux d’expositions de la cité plusieurs figures importantes.

Au Palazzo Grassi c’est Luc Tuymans sous le titre La pelle jusqu’au 6 janvier 2020. Il a reçu carte blanche pour construire un dialogue avec ce palais et les traditions artistiques de la ville en proposant la mise en espace d’une grande mosaïque au sol. La rétrospective de l’oeuvre peint fait alterner les petits et les très grands formats. L’effacement d’une photo usée, le passé, le présent, l’histoire tragique, mais aussi l’envoûtement de la peinture, les couleurs si ténues et qui éclatent dans une somptueuse présentation qui met en valeur les couleurs du palais le rose, l’ocre, le marbre .

A la Fondazione Prada Ca’ Corner della Regina: Jannis Kounellis 11 mai – 24 novembre 2019

Première rétrospective de l’artiste après son décès en 2017, l’exposition conçue par Germano Celan débute en douceur avec deux espaces latéraux présentant des affiches et des catalogues anciens. Le palais lui-mêmes, son architecture, les fresques qui l’ornent et l’atmosphère de ce bâtiment voisin du grand Canal sont très bien mis en valeur. Une salle dans l’entresol est consacrée à des films et à des entretiens avec l’artiste. Enfin sur deux deux étages sont déployées des installations importantes qui déclinent les thèmes et les matériaux utilisés par Kounellis: le charbon, l’acier, la pierre, le verre, le tissu ou des toiles sur lesquelles il a peint des textes et des signes….

Georg Baselitz est présenté à la galerie de l’Académie jusqu’au 8 septembre et Roman Opalka à la Fondation Querini Stampalia jusqu’au 20 juillet.

Berne 1er mai 2019

Le centre Paul Klee propose deux expositions:

Klee & ses amis: Kandinsky, Arp, Picasso… jusqu’au 1er septembre. Une présentation rétrospective des oeuvres de Klee,  mises en relation avec celles d’autres artistes majeurs du XXe siècle présents dans les collections du musée des beaux-arts de Berne.

Extase jusqu‘au 4 août Au sous-sol, divisée en 7 chapitres cette exposition illustre différentes formes de l’extase, l’ivresse, la religion, le sexe, la danse avec des oeuvres qui vont du XIXe siècle à aujourd’hui….

Un commentaire

Laisser un commentaire