A voir au plus vite

Ici vous trouvez coups de coeur et notules! pour s’informer et suivre l’actualité artistique.

Yverdon -les – Bains 16 mai 2024

CACY, centre d’art contemporain: FINGS Camille Lichtenstern jusqu’au 11 août

Un papillon bleu apparaît sur l’affiche de l’exposition de Camille Lichtenstern. Pourtant l’artiste ne peint pas des papillons, en réalité il s’agit d’un sous-plat déniché dans une brocante comme les 700 autres objets réunis dans cette présentation. L’artiste née en 1989 formée à Lausanne et à Genève a débuté comme plasticienne avant de devenir set designer à Paris. Elle travaille pour la présentation d’objets de grandes marques, ici elle rassemble une quantité d’objets dénichés dans des brocantes selon des affinités de forme ou de matière, tous sont présentés sur un socle bleu devant des fonds bleu pour les dématérialiser, les décontextualiser, raison pour laquelle le papillon de l’affiche est devenu bleu lui aussi!

Lausanne 26 avril et 16 mai 2024

Musée cantonal des beaux-arts. Surréalisme. Le Grand Jeu jusqu’au 25 août.

Bien qu’elle évoque la date anniversaire de 1924 correspondant à la publication du premier Manifeste du surréalisme par André Beton, l’exposition mentionnée en titre n’est pas une reconstitution historique. A travers le thème fluide du jeu, elle part à la recherche de la permanence et de la récurrence d’une orientation de la création artistique tournée vers l’intérieur, l’imaginaire et le fantastique. Après l’évocation de Marcel Duchamp et de sa passion pour les échecs et de quelques œuvres d’artistes phares comme Magritte ou Dali, on se tourne vite vers le surréalisme de deuxième ou troisième génération, une priorité est accordée aux personnalités féminines, on trouve aussi quelques artistes catégorisés comme art brut. Ainsi la toile retenue pour l’affiche de l’exposition date de 1963, on la doit à une peintre anglaise Marion Adnams (1898 -1995).  La seconde partie de l’exposition dans la grande halle du haut est consacrée à des artistes contemporains, la plupart sont nés autour de 1990 ou après et ils expriment d’une façon ou d’une autre la permanence de ce moteur de créativité déclenché par le Surréalisme (on peut aussi le faire remonter au symbolisme).

Fondation de l’Hermitage: Rétrospective Nicolas de Staël 1914 – 1955 jusqu’au 9 juin.

L’exposition nous offre un parcours rétrospectif passionnant qui suit la brève carrière (14 ans) de de Staël et qui montre l’intensité et le renouvellement constant de son engagement face à la création. Après une période abstraite, il revient à une interprétation synthétique de la réalité s’inspirant autant du paysage observé sur le motif que de l’histoire de la peinture. Il exprime une sensibilité à vif en particulier dans l’apothéose brûlante des paysages siciliens.

Bâle 25 avril 2024

Öffentliche Kunstsammlung:  Dan Flavin. Dédicaces en lumière jusqu’au 18 août. Made in Japan jusqu’au 21 juillet.

Geniale Frauen jusqu’au 30 juin.

Pully 9 avril 2024

Musée de Pully : Vivre l’œuvre jusqu’au 16 juin.

Pour marquer son 75ème anniversaire le musée d’art de Pully propose « un voyage aux frontières de l’art immersif contemporain ». Une dizaine d’artistes ou couples d’artistes sont invités à investir une ou deux salles pour montrer ces nouvelles frontières des expressions artistiques. On relève plusieurs démarches qui se sont distinguées sur la scène romande ces dernières années comme Maya Rochat, Camille Scherrer, Barbezat /Villetard ou encore Augustin Rebetez un beau parcours qui montre la diversité de ces modifications des rapports entre art et spectateur.

Zurich 26 mars 2024

Kunsthaus Zurich: A propos Hodler jusqu’au 30 juin

60 toiles de Hodler et une trentaine d’artistes contemporains interrogent l’actualité de l’artiste symboliste suisse le plus célèbre qui a acquis le statut d’une icône. Ces créateurs contemporains l’interrogent en l’examinant sous différents angles : le symbolisme, la représentation du paysage, l’engagement social, le corps humain, le portrait et l’autoportrait en particulier
Une partie des artistes a fait partie de la commission de conception de l’exposition et propose un accrochage dense et intense sur des parois colorées allant jusqu’à la superposition d’œuvres de Hodler sur d’autres en l’occurrence une forêt en feu de Nicolas Party avec un lansquenet et un immense paysage de montagnes avec une femme.

Dans le nouveau bâtiment on découvre une rétrospective de l’artiste autrichienne Kiki Kogelnik jusqu’au 14 juillet.

Lausanne 11 mars 2024

Mudac Objets de désir. Surréalisme & Design jusqu’au 4 août. Le Mudac entame la saison surréaliste de Plateforme 10 qui se poursuivra avec une exposition Man Ray à photo Elysée dès le 29 mars et une présentation sur les surréalistes et le jeu dès le 12 avril au musée des beaux -arts.

L’exposition du Mudac est reprise du musée  Vitra de Weil am Rhein. Elle évoque également une présentation dédiée au surréalisme par le centre Pompidou en 2013 – 2014 intitulée Le surréalisme et l’objet qui se basait sur des vues photographiques des principales expositions surréalistes.

Paris 11 mars 2024

Le Palais de Tokyo présente quatre expositions jusqu’au 30 juin. En particulier une carte blanche à Mohamed Bourouissa, Signal, dans la grande salle du rez et une exposition dédiée aux expressions d’artistes réfugiés, migrants sous le titre de Dislocations au sous-sol.

Musée de l’Orangerie Robert Ryman Le regard en acte jusqu’au 1er juillet

Robert Ryman (1930 – 2019) fait partie des artistes qui ont le plus interrogé la nature de la toile du cadre, de l’espace, de la relation au mur. L’exposition proposée par le musée de l’Orangerie propose un hommage stimulant. En découvrant ou redécouvrant ces toiles on est frappé par l’influence qu’il a exercé sur de nombreux artistes. Au premier abord il parait un peu comme un équivalent de Rothko en blanc, mais dans un esprit plus systématique. Venu du jazz, il explore différents processus ou situations avec rigueur. Le musée de l’Orangerie consacre rédulièrement des expositions aux artistes américains qui ont développé différentes formes d’abstraction après 1945, dont la démarche peut être mise en relation avec les dernières recherches de Monet notamment les Nymphéas. Cette fois avec Robert Ryman, c’est l’un des artistes les plus rigoureux qui est présenté.

Genève 4 février 2024

Centre d’art contemporain: Biennale de l’image en mouvement 2024 jusqu’au 16 mai.

La biennale de l’image décline toutes les formes que l’image en mouvement peut prendre aujourd’hui du court métrage au reality show en passant par diverses fictions générées par ordinateurs dans des mises en scènes et des scénarios très divers, comme le procès d’une voiture électrique autonome par exemple!

Musée d’art et d’histoire: L’ordre des chose, carte blanche à Wim Delvoye jusqu’au 16 juin.

Un système de roulement à bille bruyant et sautillant a envahi les salles du  musée d’art et d’histoire. Les rails passent partout, suspendus aux plafonds, ils traversent les murs, les gravures comme les prisons de Piranèse, les tableaux les plus prestigieux: Picasso, les sculptures anciennes. Certaines sculptures sont même totalement occupées par ces billes folles qui tournent en rond comme des souris dans une cage.

En plus de cette installation spécifique l’artistes présente quelques œuvres importantes qui ont jalonné sa carrière: les dessins pour Cloaca sont mis en relation avec des esquisses de Jean Tinguely. La collection des couvertures de boîtes de vache qui rit avec des monnaies anciennes notamment. Une structure néogothique s’invite dans une salle médiévale, alors qu’une carrosserie fait face aux armures anciennes.

Un commentaire

  1. Ping : Anonyme

Laisser un commentaire