www.art-en-jeu.ch

art-en-jeu.ch, webzine d'information artistique et culturelle francophone de Patrick Schaefer vous offre des critiques d'expositions (plus de 200 pages); un agenda d'expositions sélectif (200 liens); treize années de chronique (blog) artistique au jour le jour depuis 2001. Les boutons ci-dessous vous permettent de naviguer dans le site.
accueil agenda architecture chronique listeartistesmentionnes listearticles photos contact

 
pour me contacter: infoat art-en-jeu.ch

liste par artistes

Cette page propose des articles consacrés à Lucian Freud et Stanley Spencer.

Le Kunsthistorisches Museum à Vienne présente Lucian Freud du 8 octobre 2013 au 6 janvier 2014.

La National Portrait Gallery de Londres annonce Lucian Freud Portraits 9 février au 27 mai 2012.

Lucian Freud est décédé le 20 juillet 2011.

Le Centre Pompidou consacre une exposition à Lucian Freud du 10 mars au 19 juillet 2010.

Lucian Freud, Londres 2002

Né en 1922 Lucian Freud est le petit-fils de l’inventeur de la psychanalyse, son père était architecte. Sa famille s’est réfugiée en Angleterre en 1933; il a toujours vécu à Londres depuis. La rétrospective de la Tate Britain permet de suivre toute sa carrière artistique. Elle montre que Freud est d’abord un portraitiste, qu’il peigne des êtres humains ou parfois des objets, des fleurs et des matières. Il développe une extrême virtuosité technique, une fluidité de la touche picturale qui suggère l'aquarelle. Par ailleurs on le voit construire à l’intérieur de l’atelier des mises en scène personnelles ou inspirées par les compositions d’autres artistes. Dans l’atelier les corps sont mis en relation avec des montagnes de chiffons blancs. Et les modèles sont pris, saisis dans des situations qui donnent le sentiment d’un arrêt du temps qui passe, d’un étouffement complet. Freud s’inscrit dans un dialogue avec l’espace de la toile et développe une représentation plastique des figures qui sont rendues avec toutes leurs aspérités comme si elles étaient taillées dans la pierre. Il place d’ailleurs dans l’exposition certaines des grandes gravures qu’il réalise et qui répondent à ce caractère sculptural de la peinture. Freud joue sur diverses tensions entre fludité et aspérité, ou bien entre réflexion sur la tradition et exploration actuelle des êtres de leur potentialité d'expression. Si Freud a réalisé des portraits de commande, il peint aussi ses proches, amis, épouses, mère, enfants, bien que l'exposition soit représentative de l'ensemble de l'oeuvre, c'est cet aspect intime que l'on retient le plus. Il est encore renforcé par une série d'autoportraits qui ponctuent les salles et soulignent l'évolution du personnage. La rétrospective fait ressortir le développement des moyens, l'enrichissement des références et c'est dans les quinze dernières années, lorsqu'il s'inspire de plus en plus explicitement d'oeuvres d'autres artistes que le peintre semble être parvenu à une maîtrise souveraine .

Le site de l'exposition à la Tate décrit les oeuvres salle après salle (lien toujours valable en 2008).

L’exposition était présentée la Tate Britain jusqu’au 22 septembre 2002, elle a reçu plus de 200'000 visiteurs. Elle ira par la suite à la Fundacio la Caixa (Forum La Caixa) à Barcelone du 24 octobre jusqu'au 12 janvier et au Museum of Contemporary Art de Los Angeles du 9 février au 23 mai 2003.

Le Gemeentemuseum à La Haye propose une rétrospective Lucian Freud jusqu'au 8 juin 2008.

Les eaux-fortes de Lucian Freud font l'objet d'une rétrospective au museum of Modern Art de New York jusqu'au 10 mars 2008. "Lucian Freud the Painter's Etchings"

Le Museo Correr à Venise présente Lucian Freud jusqu'au 30 octobre 2005

Lucian Freud in the Studio: photographies de David Dawson à la National Portrait Gallery, Londres, 30 mars 1er août 2004. Quelques nouvelles peintures de Freud sont présentées à la Wallace Collection du 31 mars au 18 avril 2004. Alors que la Scottish National Gallery of Modern Art, à Edinburgh présente: Lucian Freud: The Complete Graphics du 3 avril au 13 Juin 2004).

Patrick Schaefer, L'art en jeu, 27 septembre 2002

Tate Britain

Stanley Spencer (1891-1959) jusqu'au 24 06 01

La rétrospective consacrée à Stanley Spencer illustre le pouvoir de la peinture sur un être. Je n’entends pas l’effet de la peinture sur le spectateur, bien que les peintures de Spencer soient tout à fait impressionnantes, mais pense à l’effet de possession de la peinture sur l’artiste. On découvre en effet comment il développe ses sujets dans un dialogue avec sa propre expérience de vie et son évolution psychologique. L’exposition met en évidence cette évolution du peintre qui le conduit du public vers le privé, de préoccupations générales à des thèmes de plus en plus intimes.

Spencer débute sa carrière sous le signe du néo-primitivisme influencé par Gauguin et Giotto. Il s’attache à la peinture religieuse et pourrait devenir un Maurice Denis, un peu plus tourmenté par les brumes nordiques que son équivalent français, soucieux, lui, d’évoquer la sérénité d’une lumière méditerranéenne. Toutefois Spencer associe à son intérêt pour la religion et la tradition de la peinture occidentale un souci d’expression réaliste. La Première guerre mondiale l’entraîne dans les Balkans dont il ramène des oeuvres saisissantes. Il est acclamé, reconnu, comme un grand peintre.

Les images de la réalité quotidienne, ses relations personnelles et les difficultés qu’il rencontre vont peu à peu envahir son imaginaire, subvertir le discours général, par un discours privé. C’est ainsi qu’il aboutit à son oeuvre la plus connue, L’artiste et sa seconde femme, 1937. Alors qu’il avait consacré cinq années de 1927 à 1932 à la décoration d’une chapelle à Burghclere, Spencer va dès lors songer à un édifice entièrement dédié à l’évocation de sa vie privée. Une vidéo propose une reconstitution par ordinateur, basée sur les dessins de l’artiste de cette chapelle étonnante.

Ses portraits de nus ont manifestement nourri Lucian Freud, alors que la recherche d’une expression associant tradition, imagination et intimité suggèrent des rapprochements avec Francis Bacon, Gilbert & George, mais aussi avec des artistes plus jeunes comme Tracy Emin. Il est évident que le regard porté sur Spencer aujourd’hui est marqué par la conscience des travaux réalisés bien après sa disparition.

Patrick Schaefer, L'art en jeu, mai 2001.

Pour recevoir ma lettre d'information qui vous tient au courant des nouveaux articles (vous devez inscrire votre adresse e-mail dans l'espace avant de presser go) :

---

Les 10 pages (parmi une centaine) consacrées à des artistes les plus demandées sur ce site:

Louise Bourgeois

Lucian Freud

Thomas Hirschhorn

Olafur Eliasson

Paul Klee

Markus Raetz

Ernst Ludwig Kirchner

Picasso

Hodler

Magritte

-

Patrick Schaefer, L'art en jeu 2008

art-en-jeu.ch, webzine d'information artistique et culturelle francophone de Patrick Schaefer vous offre des critiques d'expositions (plus de 200 pages); un agenda d'expositions sélectif (200 liens); treize années de chronique (blog) artistique au jour le jour depuis 2001. Les boutons ci-dessous vous permettent de naviguer dans le site.
accueil agenda architecture chronique listeartistesmentionnes listearticles photos contact

>