Claudio Moser

Le musée des beaux-arts de Soleure présente une rétrospective des travaux de Claudio Moser, Vers l’Est, oeuvres 1995 – 2020 du 2 mars au 24 mai 2021.

L’exposition occupe toutes les salles du rez du musée. Elle est conçue comme un ensemble par l’artiste qui mélange différentes périodes avec des photographies, des vidéo, un film ainsi que quelques interventions spatiales sous la forme de peintures et de sculptures en papier mâché.

Le musée des beaux-arts de Thoune présente Claudio Moser Your shirt on my chair jusqu’au 5 juillet 2009

Le Helmhaus de Zurich présente une exposition de photographie contemporaine intitulée Welt-Bilder 2 du 30 novembre 2007 au 27 janvier 2008. Dans ce cadre Claudio Moser propose la totalité de son oeuvre photographique réalisé de 1977 à 2007 présenté dans 30 albums.

Claudio Moser expose de nouveaux travaux (photos et vidéos) à la galerie Skopia à Genève jusqu’au 29 avril 2006 en complément aux entretiens antérieurs je lui ai posé quelques questions sur ces nouveaux travaux:

1. Une nouvelle exposition à la galerie Skopia à Genève propose de découvrir jusqu’au 29 avril 2006 trois aspects différents de ton travail: des photos en grand formats, des petits formats et des vidéos. Peux-tu nous parler de la relation entre ces trois types d’oeuvres?

– Il n’y a pas de relations entre ces trois types d’oeuvres. Chaque série est pour soi. Dans les grand formats c’est l’image qui compte tout ce qui se passe dans le cadre. Dans les petits formats c’est le temps, la série, le titre, « nothing to do nowhere to go« , de 2000 à 2039 chaque année un tirage pour ce titre, 40 images, la moitié de ma vie probablement. Dans les vidéos c’est le concept, marcher dans le rythme de ma respiration, j’inspire, un pas, j’expire un autre pas (walking meditation selon Thich Nhât Hanh) pendant une heure, la durée de la cassette mini DV.  

2. Il me semble que le thème de l’exposition est toujours celui du promeneur?

– Oui, ce qui m’intéresse c’est ce qui se passe dehors, la lumière, les choses, les situations. Pour trouver je dois me promener, c’est la vitesse juste pour découvrir et comprendre. L’intellect et les émotions sont pleinement actifs.

3. Les tirages photographiques sont très travaillés qu’en est-il des films?

– Dans les tirages tout est là toute suite, le cadrage est travaillé, facile à comprendre, assez vite on peut entrer dans l’espace de l’image. Dans les videos le cadrage n’est pas travaillé, je ne regarde pas à travers le viseur, je suis concentré sur les pas. Si on regarde longtemps les vidéos on entre par le rythme dans l’espace de l’image. L’effet travaillé arrive beaucoup plus tard que dans les tirages photographiques.

4. As-tu d’autres projets d’expositions?

– Non.

L’art en jeu 9 avril 2006

L‘art en jeu. Questions à Claudio Moser

Claudio Moser (1959) est un photographe dont les travaux ont été présentés dans de nombreuses expositions en Suisse et à l’étranger, récemment à la Kunsthalle de Bâle et au Musée de Schaffhouse. En 1995-1996 il a fait un séjour à New York et il vient de passer six mois à Londres. Je lui ai posé quelques questions sur son travail auxquelles il a bien voulu répondre en Français bien qu’il soit de langue allemande.

L’artiste, et plus particulièrement le photographe, est-il un passant, un promeneur?

Oui.

Quels sont tes projets ?

Etre un promeneur. Chaque jour, faire des découvertes.

Tu viens de séjourner à Londres, veux-tu décrire quelque chose qui t’a frappé?

L’architecture est assez neutre, il n’y a pas partout des signes qui te dises, que tu es à Londres. L’iconographie de la ville n’est pas très caractéristique, sauf les taxis, les vieilles cabines de téléphone, la Tate Modern. Pour moi c’était agréable, parce que je pouvais photographier même au centre ville. A Rome, à Paris, à New York c’était presque impossible. J’ai dû aller à la périphérie des villes. Pour moi il est important, que le spectateur de mes photos ne puisse pas les localiser géographiquement. Je ne veux pas provoquer des souvenirs touristiques, je cherche quelque chose de plus abstrait, de plus vide.

Un peu de technique. Tu as découvert l’héliogravure, assez récemment je crois, ou du moins tu l’emploies de plus en plus. Est-ce une réaction à certains développements techniques comme la photo numérique?

Non. J’ai utilisé trois fois l’héliogravure, en 1995, en 1999 et en 2000. Trois fois la technique photographique ne suffisait pas, parce que l’information est à la surface. Chaque fois j’ai cherché le mélange entre information et support. Je voulais, que l’image pénètre dans le papier, cela a quelque chose à voir avec le sentiment que j’avais quand j’ai pris la photo.

Quelle place donnes-tu au noir-blanc, respectivement à la couleur?

Quand ce sont les structures et la lumière qui me frappent, je prends les photo en n.-b.

Quand ce sont les couleurs, les structures et la lumière qui me frappent, je prends les photos en couleur.

Et quand j’ai envie d’une certaine tristesse ou quand je vois la tristesse, je prends plutôt le n.-b.

Et quand j’ai envie de la peinture ou quand je vois la peinture, je prends plutôt la couleur.

Voudrais-tu prendre position par rapport aux verbes qui suivent, que l’on utilise souvent lorsque l’on décrit le travail d’un photographe : documenter, non. archiver, non. raconter, non. exprimer, peut-être, un peu, je ne sais pas.

Tu photographies des paysages qui peuvent être ouverts ou fermés: un mur, une grille, les feuilles d’un arbre. Comment se développe le passage de la perception à la réalisation. 

C’est l’objet ou la lumière ou la lumière sur l’objet qui me frappe, je fais le cadrage sans la caméra, et quand j’ai trouvé la place juste je prends la photo, mais cela doit aller vite, et après le click je continue tout de suite à me promener, je veux rester dans le mouvement, une certaine forme de méditation.

Est-ce l’expression délibérée d’un état d’esprit?

Je ne comprends pas très bien, peut-être c’est mon français qui ne comprend pas, je comprends chaque mot, mais je ne comprends pas la question.

J’essaie quand même. Dans un certain état d’esprit je vois des choses qui correspondent avec mon état d’esprit, alors c’est oui?

—-

Suite de l’entretien en mars 2002 à l’occasion d’une exposition qui sera présentée au Fotomuseum de Winterthour du 6 avril au 2 juin 2002.

Dans la première partie de cet entretien nous avons parlé de ton séjour à Londres et des aspects essentiels de ta démarche, des éléments qui motivent tes choix techniques et les motifs abordés. Nous reprenons notre conversation écrite à l’occasion d’une exposition que tu présenteras sous peu au Fotomuseum de Winterthour. 

1. Peux-tu nous décrire les oeuvres ou les aspects principaux de ton travail que tu as choisi de présenter?

A Winterthour je vais présenter les espaces urbains, les forêts et les paysages. 25 grands formats (151 x 229cm). Pour moi c’est comme la bande d’un film qui se déroule dans les quatre salles du Fotomuseum. Le spectateur peut se promener d’un thème à l’autre. Il peut construire son propre film.

2. Quelle place prennent les expositions dans ton travail? Est-ce que tu réalises des oeuvres pour une exposition précise?

Pour moi un travail est terminé, quand il est exposé, quand il n’est plus dans mon atelier: ça donne une distance qui est importante pour moi. C’est l’espace de l’exposition qui me donne un sentiment, qui détermine mon choix. Je construis une composition pour le lieu. Pour Winterthour j’ai fait 12 nouveaux travaux et 13 travaux sont déjà existants (1999-2001).


Le musée de la photographie de Winterthour présente l’ exposition Walk On de Claudio Moser du 6 avril au 2 juin 2002.

Vous trouverez un cv et des exemples du travail de Claudio Moser sur les sites suivants:

http://www.palazzo.ch/Kunsthalle/archiv/99_1/kuenstler/moser.html

Patrick Schaefer, L’art en jeu, le 25 septembre 2001 et le 12 mars 2002.