Francis Alÿs

Francis Alÿs fait l’objet d’une présentation de son travail à la Tate Modern du 15 juin jusqu’au 5 septembre 2010.


Bâle Schaulager

Francis Alÿs Les peintures d’enseignes 1993 -1997: une révision jusqu’au 24 septembre 2006

Parallèlement à l’exposition Tacite Dean, au rez-de-chaussée au contraire tout est couleur avec les peintures de Francis Alÿs et de ses peintres d’enseignes, couleurs industrielles, peintures à l’émail, laque pour voiture appliquées sur de la tôle. De Francis Alÿs (1959) on connait, les peintures, les photographies, les vidéos. Ses peintures de petits formats réalisées à la cire, des dessins sur des feuilles rapportées ont fait l’objet d’une exposition au Kunsthaus à Zurich en 2003. Formé comme architecte, installé au Mexique depuis longtemps, il est aussi parti à la découverte de ce pays en développant des recherches, des collaborations. L’exposition présentée se concentre sur un seul projet qu’il a poursuivi avec des peintres d’enseignes mexicains, 60 peintures et de nombreuses esquisses sont présentées. Il a réalisé des projets, des cartons et demandé à des peintres d’enseignes mexicains de les exécuter.

L’univers de Francis Alÿs est marqué par le surréalisme en particulier ses personnages étranges, mystérieux qui se livrent à des mouvements bizarres évoquent immédiatement Magritte.

La démarche de Francis Alÿs centrée sur l’errance, la déambulation va au-delà du documentaire. Manifestement passionné par Mexico, il joue avec cette ville, et développe des histoires à partir des gens qu’il y rencontre.

Le Diacenter a commandé à l’artiste un projet que l’on peut consulter en ligne Thief. From Alberti to the Thief 1435 – 1999 dans lequel il présente ses réflexions sur l’espace et la perspective.

Par ailleurs l’une des activités artistiques de Francis Alÿs est tournée vers la marche, l’appréhension de l’espace à travers le déplacement de son propre corps. On trouve le récit d’une action menée à Londres à cette adresse. London 7 walks 2004-05.

Enfin l’exposition Time Zones incluait son travail sur le mât du Zoccalo à Mexico, travail qui a largement contribué à la célébrité de l’artiste, qu’il s’agisse du film ou des photographies qui ont été présentées dans d’innombrables expositions.

Schaulager der Emmanuel Hoffmann-Stiftung (Münchenstein)

Le Schaulager dans un lieu différent, le Haus zum Kirschgarten, une annexe du musée historique de la ville de Bâle, consacrée à l’habitat bourgeois du 18e et du 19e siècle, invite Francis Alÿs à présenter sa collection de 370 portraits de Fabiola jusqu’au 28 août 2011. Ces copies, trouvées dans des marchés aux puces, sont réparties dans tout le musée, qui nous invite à une véritable chasse aux oeufs pour les découvrir! Une manière originale de faire visiter un musée peu connu, installé dans une belle demeure, et qui gagne à l’être.

Patrick Schaefer, L’art en jeu 18 mai 2006