Olvier Mosset

Zurich Haus konstruktiv Olivier Mosset TUTU

Le Haut konstruktiv consacre deux salles à la présentation de toiles d’Olivier Mosset jusqu’au 8 septembre 2019. L’artiste a aussi invité Madjid Hakimi (1962) qui réalise une installation lumineuse. Olivier Mosset avait réalisé des armoires en glace pour le vernissage qui ont fondu après quelques jours!. Dans la grande halle du rez ont découvre huit grandes toiles monochromes carrées de 2014, alors qu’à l’étage se déploie une petite rétrospective qui évoque divers moments de la carrière de l’artiste et des toiles en forme de lettres TUTU, 2013 qui donnent le titre de l’exposition.

Lausanne Olivier Mosset Travaux 1966 – 2003

Le musée des beaux-arts de Lausanne (jusqu’au 24 août) et celui de Saint-Gall (jusqu’au 10 août) consacrent une importante rétrospective à Olivier Mosset (1944). Il est intéressant de constater que deux institutions s’associent pour tenter de donner une plus grande visibilité à un artiste qui est certes bien connu des milieux artistiques, mais presque ignoré du grand public. L’occupation de la totalité des salles du musée de Lausanne est un défi considérable pour un artiste contemporain. L’opération est plutôt réussie, mais l’on ressent à quel point les espaces disponibles sont considérables.

L’exposition d’Olivier Mosset, intitulée Travaux 1966 –2003 occupe les 9 salles du musée des beaux-arts de Lausanne. Il s’agit d’une rétrospective, mais ce caractère de rétrospective n’est pas évident, car l’accrochage, les interventions colorées directement appliquées sur les murs des salles font de l’ensemble une installation nouvelle. L’exposition est elle-même une œuvre éphémère qui utilise des pièces anciennes en les complétant par l’accrochage.

La première salle est consacrée aux cercles sur fond blanc, caractéristiques de la première manière de Mosset; il en a réalisé plus de 200. Répétant inlassablement le même motif comme Toroni a répété la trace du pinceau ou Buren les bandes verticales. La deuxième salle, immense rectangle très allongé, permet de présenter de grandes toiles horizontales, alors que dans la salle suivante on découvre des bandes verticales. Plus loin l’artiste reprend une réalisation réalisée en 1993 avec John Armleder proposant une rampe de skate board.

Les toblerones sont également une reprise, présentée notamment au Migrosmuseum de Zurich en 1999 dans une exposition commune avec Cady Noland et à Sion en 1994. Une salle illustre le rejet de la toile qui caractérisa les recherches de l’artiste à un moment donné avec des sérigraphies sur fibre de verre. Deux salles sont encore consacrées à divers aspects des recherches sur le monochrome. L’exposition se termine sur l’évocation de collaborations qui ont toujours été un aspect du travail d’Olivier Mosset. Avec Warhol en 1979-1985, Steven Parrino en 1989 et Cady Noland en 1993-1994. L’ensemble propose ainsi une expérience colorée décapante, le visiteur étant invité à parcourir un kaléidoscope assez surprenant.

Musée cantonal des beaux-arts: Olivier Mosset, travaux 1966 – 2003, jusqu’au 24 août

Kunstmuseum St. Gallen: Olivier Mosset, travaux 1966 – 2003, jusqu’au 10 août

Patrick Schaefer, L’art en jeu, 2 juin 2003